Accueil > à propos

taratata Bijoux à propos

Alors... raconte ?



"- Mais qu'est-ce qu'on peut bien raconter ? Bon et ça intéresse qui au fond, ça change quoi, hein ??? Et puis de toute façon c'est pas notre truc à nous, de nous raconter. Ben oui, nous on a le syndrome du bégaiement en public, des pommettes rouges du podium, des pieds dans le tapis et des cafouillages des grands discours...


- Mais si, si, si, les gens adorent les histoires, ça vous rapproche, vous humanise quoi, c'est vachement important.


- Mmm, ouais, bon... D'accord."


Alors voilà, tout commence avec Hélène, Philippe et Bernard, un trio de rock star chevelus et fêlés du bocal. Après avoir sillonnés la France en mobylette, en voiture puis en camionnette pour vendre leur production artisanale de bijoux fantaisie, le trio inséparable largue, un peu par hasard, les amarres en Normandie et fonde la marque Taratata en 1986.

L'affaire commence dans un garage, on travaille d'arrache-pied, les journées commencent et se terminent à l'aube, l'équipe est au four et au moulin. Alors petit à petit, le garage devient un bel atelier, la secrétaire de direction, le fax et le premier GSM font leur entrée et Taratata devient un incontournable de la bijouterie fantaisie.


"Avec des collections dynamiques et inventives, Taratata à pour ambition de toucher une clientèle au caractère affirmé, en quête d'audace et d'une joyeuse originalité. Depuis maintenant 30 ans, la marque s'inscrit dans la culture Pop et détourne sans complexe les icônes Arty, les symboles du quotidien et autres archétypes kitsch et insolites pour créer des bijoux branchés et délicieusement décalés. Affichant son exubérance, la marque Taratata s'impose comme une marque non conventionnelle misant sur la différence. Audace des couleurs et des motifs ont su conquérir un public des plus éclectiques à travers le monde." : ça, c'est ce qu'on dit de nous. 


Je pourrais vous raconter les splendides ateliers d'estampeurs parisiens, les premiers périples japonais, les coups de gueules, les rigolades aux quatre coins du monde, les grands débats sur les collections, du tout fait main et de ses délicieuses imperfections, les échecs, les réussites et les projets... Mais vraiment, pour se raconter on est plus à l'aise au bout du comptoir, au coin de la cheminée ou au bistrot le Bigorneau les pieds dans l'eau.


Ce qu'on sait encore faire de mieux ce sont les bijoux, des pièces de créateur, originales, pensées et créées par une équipe aux sensibilités multiples, du savoir-faire, une production raisonnée, une commercialisation engagée, loin des clichés et encore moins des produits standardisés.